On parle de réduire le temps de travail mais comment? Sur une année il y a trois marges par lesquelles on peut le faire : 1/ durée de la journée de travail 2/ durée de la semaine de travail 3/ vacances.

Actuellement une salariée à temps plein à 35 heures par semaine travaille 1650 heures par an.

1/ Si l’on joue uniquement sur la marge de la journée de travail et que l’on travaille 365 jours par an, cela nous fait une journée de travail de 4h30.

2/ Si l’on met tout sur la marge de la semaine de travail et que l’on travaille huit heures par jour, cela nous fait une semaine de travail de 4 jour.

3/ Enfin si l’on travaille 8 heures par jour, 7 jours par semaine, on accomplit nos 1650 heures en 29 semaines, ce qui nous en laisse 23 de libres, soit un peu moins de 6 mois de vacances par an.

Aucune de ces situations « pures » n’est enviable, tout le monde aime les week-end, les vacances et les journées de travail courtes, toute la question est donc de choisir le “mix” optimal de ces trois options.

Résonnons à la marge. Sur une journée, la première heure de travail a probablement une utilité positive si l’on admet que le travail est préférable à l’oisiveté absolue. La seconde un peu moins, au bout d’un certain temps le travail devient une désutilité (dans mon cas, assez rapidement) et celle-ci s’accroît d’heure en heure : La sixième heure travaillée réduit un peu mon utilité totale mais la septième encore plus, ainsi que la huitième et la 12e heure travaillée rend ma vie un enfer. Si je travaille 20h par jour, tous les week-end et les vacances du monde n’y feront rien : mon utilité totale sur l’année sera extrêmement réduite.

Pareil pour les vacances : la première semaine de vacances sera salvatrice, la deuxième réparatrice, la troisième reposante, la vingtième emmerdante. Et de même pour la semaine de travail.

Ma préférence personnelle serait à des journées plus courtes et à une semaine plus longue. Je supprime mon samedi de repos, que je rattrape le dimanche en n’allant ni à la messe ni chez Bricorama. Si je travaille 6 heures par jour, je dois travailler 275 jours. Je prends 52 dimanches sur les 90 restants ce qui me laisse 5 semaines de vacances.

Mais la réalité est trop rigide pour qu’on ne soit pas obligé de remiser ces rêves d’optimalité au placard.

Publicités